Abonnement à Agridape

Accueil / Publications / AGRIDAPE / Promouvoir l’ Economie Verte au Sénégal / Appel à contribution pour le numéro d’octobre 2019/Thème : la biofertilisation (...)

Appel à contribution pour le numéro d’octobre 2019/Thème : la biofertilisation à grande échelle

L’ édition de la revue AGRIDAPE d’octobre 2019 fera un focus sur le défi de la fertilisation des terres agricoles avec des approches et technologies durables, dans le cadre des initiatives de mise à l’échelle de l’agroécologie.

Dans plusieurs régions du monde, la mise à l’échelle de l’agroécologie est devenue un défi majeur pour tous les acteurs qui militent pour un développement agricole et l’atteinte des Objectifs de développement durable. Malgré les efforts de vulgarisation des pratiques de gestion durable des terres (GDT) en Afrique subsaharienne, leur faible prise en compte fait partie des facteurs bloquants du passage à l’échelle de l’agroécologie dans un contexte où le changement climatique contribue à la dégradation des sols dans plusieurs zones agroécologiques.

L’un des objectifs des ODD, à savoir l’éradication de la faim d’ici 2030, demeure un enjeu politique majeur. Il suppose des productions agricoles durables mais surtout capables de satisfaire la demande alimentaire croissante dans les pays africains. Or, la productivité agricole dépend en grande partie de la fertilité des sols. Dès lors, la fertilisation durable des terres agricoles à grande échelle devient un défi majeur.

Les exploitations familiales n’ont jamais cessé de développer des systèmes de fertilisation traditionnelles à petite échelle en valorisant les ressources de leurs écosystèmes. Des acteurs de développement cherchent à trouver des alternatives aux engrais chimiques en expérimentant des approches de fertilisation qui valorisent des connaissances paysannes, des arbres fertilitaires, des résultats de recherche et des technologies modernes appropriées à la restauration durable des sols. Tout comme des opérateurs privés proposent de plus en plus de solutions de fertilisation aux producteurs et aux pouvoirs publics.

Toujours est-il que le défi de pouvoir fertiliser de grands espaces agricoles avec des intrants et techniques durables demeure. Le relever suppose la disponibilité et l’accessibilité des fertilisants organiques par le producteur agricole, la vulgarisation et la réplicabilité des techniques de fertilisation paysannes, leurs effets positifs sur la production agricole et la biodiversité.

En rédigeant son article, le contributeur devrait mettre l’accent sur les aspects suivants :

  • présentation de l’expérience : initiateur, zone, objectifs ;
  • les différentes étapes de l’expérience ;
  • le rôle des acteurs impliqués dans le processus ;
  • les matériaux ou technique utilisée ;
  • la superficie fertilisée ;
  • l’impact du procédé sur la production agricole et la biodiversité ;
  • les limites de l’expérience ;
  • les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre de l’expérience ;
  • les conditions à réunir pour une mise à l’échelle de l’expérience.

Deadline

Nous vous remercions d’avance de partager votre contribution d’ici le 10 octobre 2019 au plus tard, via les adresses suivantes : agridape@iedafrique.org/birame.faye@iedafrique.org.