Abonnement à Agridape

Accueil / Programmes / Promouvoir la Résilience des Économies en zones Semi-Arides (PRESA) / Actualités du projet PRESA / Résultats et Leçons de l’atelier de recherche et de coordination du consortium (...)

Résultats et Leçons de l’atelier de recherche et de coordination du consortium PRESA au Sénégal

Février 2015 : Un atelier de réflexion et d’échange a réuni pendant trois jours au Sénégal, du 23 au 25 février 2015, les cinq organisations membre du consortium PRESA et leur partenaires de recherche pays autour de l’ardente question de la résilience économique face au changement climatique. L’atelier fut l’occasion pour les membres du consortium PRESA de se réunir, d’échanger sur les premiers résultats des revues et études et enfin de définir un agenda de recherche commun pour la deuxième phase de mise en œuvre du projet.

Récits de résilience économique dans les zones semi-arides du Sénégal

L’atelier a débuté par la diffusion d’un film présentant des récits de résilience économique de populations du Sénégal qui vivent le changement climatique au quotidien, et qui pourtant, ont réussi à tirer avantage des opportunités offerte par ce dernier.

En effet, avec une économie nationale dominée par quelques secteurs clés que sont l’agriculture, l’élevage et le tourisme, principal fournisseur d’emploi et de revenu, le Sénégal fait parti des 15 pays africains les plus vulnérables aux changements climatiques. Le tableau des risques et changements climatiques auxquels le pays est confronté est plutôt sombre : baisse de la pluviométrie, augmentation de la température, augmentation de la salinisation des terres, érosion côtière, avancé de la mer, dégradation des soles et réduction des surfaces cultivables et des pâturages, réduction de la disponibilité de l’eau pour l’irrigation, la boisson et autres activités productrices, etc. A cela s’ajoute la marginalisation de certaines couches sociales (notamment les femmes, les jeunes et les groupes vulnérables) qui, faute d’un accès équitable aux ressources et aux espaces de prise de décisions, subissent de plein fouet les effets du changement climatique.

A travers tout le pays, les effets et impacts du changement climatique sont ressentis par les populations dans leur vie quotidienne, mais aussi par l’économie du pays. Pourtant, dans plusieurs zones agro-écologiques du pays, les populations cessent de plus en plus de voir uniquement dans le changement climatique une menace et essaie de plus en plus de tirer avantage des opportunités que ce dernier a à offrir. Le documentaire, qui entre dans le cadre d’une série de captures préliminaires de récits de vie et d’études de cas devant guider sur le long terme l’agenda de recherche du projet PRESA, a ainsi voulu explorer les différentes stratégies grâce auxquelles les populations vivant dans les zones semi-arides du Sénégal font face aux effets du changement climatique et réussissent à bâtir leur résilience économique.

Partage des premiers résultats et enseignements clés des revues pays et de la mise en place des plateformes des parties prenantes

Après cette séance introductive, la parole fut donnée aux équipes de recherche des pays, qui ont ainsi eu l’opportunité de partager les premiers résultats et les enseignements et messages clés issues des revues pays et des ateliers nationaux d’engagement des parties prenantes.

Cet exercice de partage est très important car en effet, le but du projet PRESA est de s’appuyer sur la recherche pour renforcer l’engagement des décideurs politiques au niveau local et au niveau du gouvernement national, des entreprises et institutions financières, de même qu’au niveau des organisations de la société civile pour un développement rapide, inclusif et résilient au changement climatique. Et c’est à travers le renforcement de la compréhension qu’ont tous ces groupes d’acteurs des menaces et opportunités pour les économies des zones semi-arides en relations avec les changements climatiques que le projet PRESA atteindra ses objectifs.

Durant cette première session, six revues pays ont été présentées par les différentes équipes de recherche du projet PRESA. Chaque revue s’est focalisé sur un des pays cible du projet et est revenue sur quatre points clés :

- Les principaux résultats et enseignements clé de la revue pays ;

- Les principaux messages et priorités d’engagement des parties prenantes du projet PRESA dans le pays ;

- Les opportunités à saisir pour une plus grande mobilisation des parties prenantes ;

- Les cinq grandes priorités de recherche pour le pays.

L’exercice a ainsi vu se succéder des présentations sur les six pays cibles de projets PRESA en Afrique et en Asie à savoir le Sénégal, le Burkina Faso, la Tanzanie, le Kenya, le Pakistan et le Tadjikistan.

On retiendra ainsi entre autres enseignements clés, que :

- Dans chacun des pays, les scénarios climatiques présents et futurs confirment une tendance à l’augmentation de le l’ampleur des risques, effets et impacts des changements climatiques sur les conditions de vie des populations et les secteurs clés de l’économie à l’horizon 2030 ;

- Le changement climatique affecte très négativement l’économie des pays, la santé et les conditions de vie des populations, de même que la disponibilité des ressources naturelles et la stabilité des marchés ; c’est une source importante de conflits, notamment entre éleveurs et agriculteurs, mais également de déplacement (volontaires ou forcés) de populations ;

- Il existe une forte volonté des gouvernements des pays à faire du changement climatique une question centrale de développement socio-économique comme le témoigne les différents Plan Nationaux d’Adaptation, les programmes nationaux de lutte contre le changement climatique, la ratification de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), etc. Dans les faits cependant, cette volonté tarde encore à se traduire par un engagement politique durable et des actions concrètes et cohérentes. La part de financement accordée à la lutte contre le changement climatique reste encore très faible et est essentiellement constituée par l’aide extérieure ;

- Le changement climatique présente des menaces importantes pour les économies, mais également des opportunités pour les marchés et le commerce, l’émergence de nouvelles niches de développement économiques (commercialisation du sel au Sénégal, énergie hydraulique au Tadjikistan, financement vert, etc.), qu’il est crucial de comprendre et de documenter pour pouvoir en tirer profit ;

- L’utilisation et la valorisation des savoirs locaux dans la lutte contre le changement climatique est également un point capital commun à touts les pays.

Quelques enseignements des cinq modules de recherche

Le cadre de recherche du projet PRESA, en dehors des revues pays, met le focus sur cinq modules de recherche. Il s’agit de : (i) Gestion des risques climatiques ; (ii) gouvernance, institutions et financement ; (iii) marché et chaines de valeur ; (iv) capital naturel et (v) capital humain.

La rencontre du consortium PRESA a servi de prétexte pour les équipes de recherches assurant le leadership des différents modules, de partager leurs premiers résultats, et ainsi pouvoir recueillir les suggestions et contributions des membres du consortium pour l’amélioration des travaux.

On peut retenir entre autres leçons clés :

- D’une manière générale, une évolution de la perception du changement climatique par les acteurs. D’où l’importance de faire évoluer les concepts scientifiques afin de mieux prendre en compte toutes les dynamiques en cours autour de la question du changement climatique ;

- Le capital humain est fortement impacté par le changement climatique. Les secteurs les plus vulnérables sont la santé, la nutrition, l’éducation, l’emploi et les conditions de vie. Les pays cibles du projet PRESA ont pratiquement les mêmes mécanismes d’adaptation. Ce qui représente une opportunité intéressante pour des recherches comparatives entre les pays et la mise à l’échelle des bonnes pratiques ;

- Le changement climatique affecte directement et indirectement les systèmes de gouvernance des pays en zones arides et semi-arides : Directement, à travers le rôle de la géographie comme déterminant fondamental de la prospérité des Etats ; indirectement, en modifiant l’environnement contextuel dans lequel les institutions politiques et économiques évoluent ;

- Il existe beaucoup d’incertitudes sur les évolutions futures du climat en zones semi-arides, même si l’on reconnait à travers les scénarios climatiques une tendance globale à l’augmentation de la température et du réchauffement global dans les années à venir. Ce qui aura pour conséquence une augmentation de l’occurrence des événements extrêmes et de la vulnérabilité des pays ;

- Le secteur privé subit de plein fouet les impacts du changement climatique qui affecte les conditions d’accès aux marchés, génère des coûts, impacte sur la stabilité du marché et provoque des déséquilibres importants entre l’offre et la demande. Les stratégies d’adaptation du secteur privé aux changements climatiques sont différentes et varient en fonction de la taille de l’entreprise (multinationale, PME ou de micro-entreprise). Le changement climatique représente également une opportunité pour le développement d’affaires que le secteur privé doit saisir ;

- De nombreuses études ont démontré que les zones arides semi-arides sont marginalisées et moins productives et malheureusement, ce type de travaux à toujours été utilisée pour comme arguments pour informer les politiques. Ce qui a eu comme conséquence une réduction des investissements directs dans les zones arides et semi-arides en comparaison des investissements en zones humides. Ce qui est une grave erreur, car de nombreuses opportunités de croissance économique existent également en zones arides et semi-arides et ne dépendent que d’une bonne politique de gestion des ressources naturelles pour éclore ;

- Les premiers résultats des revues thématiques ont mis en lumière des gaps en termes de recherche qui devront être couvert à travers des recherches plus approfondies.

Une troisième session d’échange et de discussion a également été organisée et consacrée au partage des premiers résultats des études approfondies.

Définition des thèmes et questions de recherche prioritaires pour les années à venir

Après deux jours de partage et de discussion intense sur les premiers résultats des revues (revues pays, revues thématiques et études approfondies), le troisième jour d’atelier, plus synthétique, a été consacré à la définition des thèmes et questions de recherches prioritaires pour les années à venir.
Six thèmes de recherche prioritaire ont été identifiés. Il s’agit de :

- Opportunités offertes par le changement climatique pour le développement des marchés et des entreprises (grâce notamment aux nouvelles sources de financement, au partenariat public-privé, aux crédits) ;

- Politique et gouvernance foncière dans un contexte de changement climatique ;

- Coordination institutionnelle, réforme et économique politique de la prise de décision ;

- Impact actuel et futur du climat sur les marchés, le climat des affaires et les moyens de subsistance des populations ;

- Politiques et systèmes macro-économiques d’équilibre de la croissance dans un contexte de changement climatique ;

- Changement climatique, migrations et envois de fonds.

Pour chaque thème, trois questions de recherche ont été choisies par les équipes pays qui se sont engagé à collaborer dans la recherche et le partage d’information pour la production de résultats et recommandations clés utilisables par les parties prenantes du projet PRESA, notamment les décideurs politiques.

Construire la résilience des économies face aux changements climatiques grâce à la recherche et à l’engagement des parties prenantes

La théorie du changement du projet PRESA place la recherche et l’engagement des parties prenantes au cœur du processus d’influence des pratiques et des politiques pour un développement résilient au climat en zones arides et semi-arides.

Aussi, les différents membres du consortium PRESA et leurs partenaires de recherche dans les pays se sont accordés au sortir des trois jours d’atelier de trois jours sur un ensemble de points clés indispensables pour la réussite des objectifs du projet. Il s’agit notamment de :

- S’accorder sur la méthodologie de recherche et sur la compréhension des concepts clés et tirer les leçons des initiatives déjà existantes ;

- S’accorder sur la structure d’un agenda de recherche commun pour les années à venir avec comme premier indicateur de performance un partage des résultats des différentes revues et études approfondies lors de l’atelier scientifique du programme IRCAAA à Istanbul en Mai 2015 ;

- Identifier les thèmes et questions de recherche transnationaux et définir les rôles de chaque institution dans la conduite des recherches ;

- Suivre les impacts des recherches du projet PRESA sur les communautés et sur la croissance économique ;

- S’appuyer sur les plateformes nationales des parties prenantes pour faire du changement climatique une question essentielle de la politique de développement au niveau national et régional ;

Dans un prochain avenir, l’agenda de recherche du projet PRESA sera définit et les plateformes démarreront officiellement leurs activités dans chaque pays, constituant ainsi les deux mécanismes clés permettant aussi bien de renforcer le dialogue entre chercheurs et décideurs, que la mise à disposition de résultats et d’outils indispensable à la résilience des économies des zones arides et semi-arides face au changement climatique.